Il manquerait un million d’euros pour construire un bassin olympique

Fumée noire pour les piscines du complexe sportif de Blocry. Les membres du conseil d’administration du centre sportif ont décidé… de ne rien décider dans le dossier des deux piscines néolouvanistes.

Hier après-midi, les trois partenaires (la Ville, l’UCL et la Fédération Wallonie-Bruxelles) se sont retrouvés autour de la table avec une question centrale : que faire des infrastructures aquatiques existantes, victimes de l’usure du temps ?

Inaugurés en 1981, les deux bassins de 25m croulent en effet sous les petits travaux. On colmate les fuites. On protège les faux plafonds qui risquent de s’effondrer. Et lorsque les pluies sont importantes, il pleut dans les bassins. Surréaliste.

Deux solutions sont envisagées. La première consiste à rénover de fond en comble le complexe existant. La deuxième, plus ambitieuse mais tout aussi coûteuse, consiste en la construction d’un nouveau bassin sur le boulevard de Lauzelle. Et cerise sur le gâteau, en cas de nouvelle construction, on parlerait de bassin olympique.

Lors de leur dernière rencontre, la Ville et l’UCL avaient accordé leurs violons. Les deux partenaires soutenaient la construction d’un nouveau bassin olympique. Mais voilà que le troisième copropriétaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles, a annoncé, en pleine réunion, un hic budgétaire plutôt important les fonds réservés ne seraient pas suffisants pour réaliser l’un des deux projets.

De bonne source, il manquerait quelques centaines de milliers d’euros pour la rénovation et un million d’euros pour le bassin olympique.

Il faut pourtant faire vite. Le dossier doit être rentré pour le 1er mars prochain. Petite lueur d’espoir, à la sortie, un membre chuchotait "que dans les deux cas, la Fédération Wallonie-Bruxelles est largement capable de mettre l’argent sur la table !"

Une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine. Avec, l’espoir d’une fumée blanche…