WAVRE

Walid est l’un des nombreux sosies du Roi de la pop et veut rendre hommage à son idole

ANNIVERSAIRE Un an jour pour jour après la disparition inopinée de Michaël Jackson, les fans du Roi de la pop sont toujours sous le choc. Certains ne parviennent d’ailleurs toujours pas à réaliser. C’est le cas de Walid Bouaouina. Ce Tunisien de 33 ans est arrivé en Belgique en août dernier. “Pour moi, Michaël est toujours vivant. Son âme est toujours ici, avec nous.”

Le crâne rasé et les muscles saillants, difficile de croire que Walid (walidmikejackson.e-monsite.com) est un sosie de Michaël Jackson. Pourtant, quand il enfile sa perruque et revêt le costume de Billie Jean, il ressemble comme une goutte d’eau à son idole. Mieux, il devient le Roi de la pop.

Le Wavrien a commencé sa carrière un peu par hasard, dans une discothèque de Nabeul, à 60 kilomètres au sud de Tunis. “J’ai grandi avec ses chansons. Mais comme je ne l’avais jamais vu à la télé, je n’étais pas passionné par la danse. J’étais sublimé par sa voix. Elle est unique. Un jour, vers 14, 15 ans, un copain m’a montré une vidéo d’un de ses concerts. Et ça a été le déclic. Une vraie magie. J’ai alors commencé à danser. Avec un objectif : reproduire sa manière de bouger. C’est loin d’avoir été facile.”

Walid s’entraîne plusieurs heures par jours, répétant inlassablement les pas de Michaël Jackson. “Le plus dur, ce fut la pose où il reste plusieurs secondes sur la pointe des pieds. C’est très douloureux. Le Moon-walk aussi fut très difficile à reproduire.”

Un jour, alors qu’il est en discothèque, il se fait repérer par le patron de la boîte de nuit, qui lui propose un job de saisonnier. De fil en aiguille, Walid se produit dans des cabarets et autres hôtels… “J’étais sur scène lorsque Michaël est mort. Un ami m’a appelé pendant que j’étais dans les loges. Je pensais que c’était une blague et j’ai terminé mon show. Ce n’est qu’après que j’ai compris que c’était vrai.”

Pour l’artiste, l’annonce de la mort de son idole est un véritable choc. “Ma famille était modeste et il nous manquait beaucoup de choses. Faire le sosie de Michaël était une évasion par rapport aux soucis quotidiens. Quand il est mort, j’ai énormément pleuré. Je ne savais plus qui j’étais.”

Aujourd’hui domicilié à Wavre, il avoue ne pas vouer une passion sans borne au chanteur américain. “Sa vie, ses amours et ses travers ne m’intéressent pas. Ce que j’aime chez lui, c’est son art. La façon qu’il avait de se transcender sur scène, pour son public. J’essaie de lui ressembler, même si je n’atteindrai probablement jamais son niveau. Pour moi, ce n’est pas le Roi de la pop, c’est le Dieu de la pop.”

En savoir plus

Devenez incollable sur Michaël Jackson en parcourant notre supplément spécial de 24 pages consacré au Roi de la pop.



© La Dernière Heure 2010