Des riverains du quartier de Stadt ont appelé les automobilistes à signer leur pétition.

Ces derniers mois, il faut bien dire qu’on a beaucoup entendu les opposants au contournement Nord de Wavre. Depuis mai, avec l’octroi du permis par la fonctionnaire déléguée, les détracteurs multiplient les actions à l’encontre du projet de voirie entre le rond-point de la Noire Épine dans le zoning Nord à la N25 à Doiceau. On retiendra le recours introduit par la Commune de Grez-Doiceau auprès du ministre de l’Aménagement du territoire et recalé par ce dernier, mais aussi la chaîne humaine organisée sur le tracé de la route en octobre dernier et les recours au Conseil d’État depuis la validation du permis par le ministre.

Une vive opposition qui ferait de l’ombre aux partisans du contournement ? La bourgmestre l’avait laissé sous-entendre lors du dernier conseil communal et avait appelé les "pro-contournement" à se manifester. Le message semble avoir été entendu. Des riverains du quartier de Stadt ont en effet décidé de se mobiliser pour faire entendre leur voix en faveur du projet. Ils ont lancé deux pétitions pour soutenir le projet, dont l’une vient d’atteindre les 250 signatures (www.jpfx31.wixsite.com/procnw), cinq jours après son lancement. Ce jeudi après-midi, ils distribuaient des flyers aux automobilistes coincés au passage à niveau de Basse-Wavre les invitant à signer le document.

© Geerts

Les trois Wavriens mobilisés jeudi ont leurs arguments en faveur du contournement et sont bien déterminés à les faire entendre auprès des instances compétentes. "On veut avant tout limiter le trafic, résume Jean-Pierre Fourneaux, habitant la chaussée d’Ottembourg. C’est la première fois que je me place devant l’école du Tilleul en plein trafic, c’est terrible cette concentration de gaz échappement. La chaussée d’Ottembourg, à 16h30, c’est presque impossible de la remonter tellement il y a du trafic. De 6h30 à 9h, c’est la transhumance vers le haut. Et le soir, de 16h jusqu’à 18h30, c’est dans l’autre sens. C’est difficile de sortir de chez soi. Nous estimons qu’il y a des voitures qui vont circuler sur le contournement vont polluer beaucoup moins en roulant à 70 km/h de manière constante qu’en descendant la chaussée d’Ottembourg, pare-chocs contre pare-chocs."

Et son compère d’enchaîner : "Le problème à la base, c’est qu’on a construit un zoning et on a décidé de créer une route pour contourner Wavre pour faciliter l’accès au zoning mais la route, on l’attend toujours, peste Michel Warnon. Et le zoning est là, il s’est développé et va continuer à se développer. En attendant, on a des routes qui ne sont pas faites pour absorber un tel trafic et dont les limitations de vitesse ne sont pas respectées."

Quant aux arguments des détracteurs du contournement en matière environnementale, les riverains restent dubitatifs. "Je pense qu’on exagère très largement l’impact écologique de ce projet", poursuit Michel Warnon. "Les oiseaux continueront à chanter, même si l’on construit le contournement, ajoute Jean-Pierre Fourneaux. Leur argument selon lequel cela va supprimer de belles balades ne tient pas la route : le bois est devenu privé, on ne peut déjà plus s’y balader."