Afin d’informer les citoyens sur les aménagements mis en place pour la mobilité et dans le cadre de la semaine de la mobilité, la Ville a lancé une campagne de sensibilisation à la vitesse dans les rues. Au programme : distribution de tracts et de toutes-boîtes en cours, campagne d’affichage dans les rues des communes de la ville et une conférence de presse. "C’était un reproche qu’on nous a souvent fait : on met quelque chose en place, mais les gens ne le respectent pas forcément, alors ça n’a pas beaucoup de sens, explique David da Câmara Gomes, échevin de la Mobilité. Ici, on essaye de sensibiliser un maximum."

L’échevin est donc revenu sur le plan d’action mobilité de la Ville, volet mobilité du plan stratégique transversal, en soulignant l’aménagement en cours, à savoir le projet ville 30.

Ce projet fait partie des aménagements temporaires, subsidiés à 80 % par la Région. Lors de la conférence de presse, l’échevin est revenu sur la difficulté d’appliquer ce genre de modifications : "Mettre les voiries en zone 30, cela demande de nombreux aménagements : panneaux de signalisation, bacs à fleurs et réduction de la largeur des routes sur de trop grosses avenues. Il a donc fallu qu’on trouve des zones où peu de modifications étaient à faire, pour que le processus se lance plus vite."

Depuis le début de la semaine, l’hypercentre d’Ottignies est passé en zone 30. D’ici la fin de l’année, Céroux suivra. Cinq autres zones seront également concernées un peu partout dans la commune, à Buston, Limelette et la chaussée de la Croix. Deux autres zones s’ajoutent à la liste, elles concernent les boulevards de Lauzelle et Baudouin Ier à Louvain-la-Neuve qui seront limités à 50 km/h pendant une période de six mois.

Le projet ville 30 rentre dans le premier objectif du plan d’action mobilité qui concerne la diminution de l’impact de la voiture individuelle. Afin d’atteindre cet objectif, la Ville travaille également sur l’amélioration de la sécurité routière, le partage des véhicules et la rationalisation des parkings.

À travers ce plan d’action mobilité, la Ville souhaite également rencontrer trois autres objectifs : favoriser l’usage des transports en commun, en augmentant l’offre et en améliorant les infrastructures, favoriser l’usage des modes actifs, en améliorant l’offre de stationnement et la qualité des infrastructures, et finalement, développer l’intermodalité, en créant, par exemple, des Points Mob. L’échevin espère pouvoir lancer la suite du programme d’ici le début de 2021.