GREZ-DOICEAU

Amandine Jamotte, une candidate Miss Brabant wallon au caractère bien trempé

PORTRAIT Parmi les candidates au titre de Miss Brabant wallon, certaines sont plus farouches que d’autres. Originaire de Mont-Saint-Guibert – elle a terminé deux fois première dauphine à l’élection de Miss Fosse ! – et voguant aujourd’hui entre Rixensart, Grez-Doiceau et Eghezée, Amandine Jamotte est l’une d’entre elles.

Alors n’allez surtout pas lui dire que les candidates à pareille élection ne sont que des potiches écervellées, elle risquerait de s’en souvenir et de vous coller une prune dans le futur. Celle qui se qualifie de casse-cou n’a en effet pas envie de percer dans le mannequinat… mais bien dans la police. “Mon père est inspecteur fédéral au CIC de Wavre” , poursuit celle qui sert de modèle pour L’Oréal. “Il est dans la police depuis 38 ans. Et est toujours prêt à aider les gens. C’est mon héros, ma référence. J’ai envie de lui ressembler. Personnellement, j’ai aussi un caractère fort, un caractère de mec tout en gardant ma féminité.”

La miss veut tordre le cou aux canards boiteux. “L’image que l’on peut véhiculer est loin de correspondre à la réalité , affirme la jeune fille à la voix éraillée, style Julie Taton. “On apprend beaucoup lors du concours. Et on est loin d’être coconne comme certains peuvent le penser.”

Sous ses faux airs de femme fatale, la jeune Guibertine, qui fêtera ses 18 ans le 13 août, est un peu touche-à-tout. “Je suis bénévole à l’ACS La Hulpe, je pratique le jogging, je joue de temps en temps des matches de foot (NDLR : elle connaît donc bien la règle du hors-jeu), j’ai pratiqué la danse… et j’aime aussi faire la fête avec mes amis. Quoi de plus normal après tout !”

Le concours ? Elle l’aborde sereinement, en espérant que le travail qu’elle réalisera sur elle-même portera ses fruits. “Sous nos airs de grandes filles avec hauts talons et belles silhouettes, la moitié d’entre nous n’avons pas confiance en nous, explique l’ancienne blonde platine, aujourd’hui brune. Ce concours nous permet de prendre confiance. C’est une expérience de vie formidable car cela permet d’entrer en contact avec des univers qu’on ne connaît pas. Comme la photographie ou l’événementiel, qui m’attire beaucoup.”

Son objectif : terminer dans les sept premières du concours. “De toute manière, il m’a déjà apporté plein de choses.”

Dont l’obtention du permis théorique, obligatoire pour participer au concours, et… un poignet brisé. “Lors d’une sortie avec les autres miss, à l’Ice Mountain de Comines, je suis tombée en snowboard et je me suis retrouvée dans le plâtre. Trois jours après, j’ai coupé mon attelle pour jouer au bowling avec les autres miss.”

Sa devise ? Quand on ferme une porte, on ouvre une fenêtre. “Il faut faire des sacrifices en espérant que ça ouvre d’autres portes. Si je suis ambitieuse ? Oui, dans le bon sens du terme.”



© La Dernière Heure 2010