BASSE-WAVRE

Le corps d’un homme a été retrouvé dans un champ près de la gare

DÉCÈS Macabre découverte que celle réalisée par un passant, mardi aux environs de 8 h 30, alors qu’il se trouvait sur un sentier longeant les voies de chemin de fer, à hauteur de la gare de Basse-Wavre.

L’individu a repéré un attaché-case qui se trouvait en plein milieu du sentier. Intrigué, il a commencé à scruter les alentours, pour finir par apercevoir une forme humaine, gisant à une vingtaine de mètres en contrebas, dans un champ. Rapidement arrivés sur place, les secours n’ont pu que constater le décès de la personne, de type africain.

Aussitôt, la machine judiciaire s’est mise en marche. Un périmètre de sécurité a été installé, les forces de l’ordre se sont mises à la recherche d’éventuels indices, une enquête de voisinage a été mise en place pour tenter de trouver d’éventuels témoins et les experts du laboratoire de la police judiciaire sont descendus sur place. Tout comme le juge d’instruction.

Hier en fin d’après-midi, l’enquête n’avait toujours pas pu déterminer l’identité de la victime, même si des papiers trouvés à proximité laissent à penser qu’il s’agit d’un homme né en 1982, domicilié à Laeken et apparemment bien connu des forces de l’ordre.

“Un GSM et des clefs ont aussi été retrouvés tout près” , confiait, hier soir, le procureur du Roi de Nivelles, Jean-Claude Elslander. On ignore encore si ces objets appartiennent à la victime.”

Une autopsie devait être opérée en soirée et les résultats devraient être connus dans les prochaines heures. Seule certitude : l’homme n’a pas été happé par un train. “Un examen externe réalisé par le médecin-légiste n’a pas permis de déceler des traces de violence” , précise Jean-Claude Elslander.

Aucune hypothèse n’est écartée par la justice. “C’est d’autant plus interpellant que les affaires de la victime – si ce sont bien les siennes – ont été découvertes à une dizaine de mètres du corps de la victime” , conclut le procureur du Roi. “Mais pour l’heure, nous ne pouvons rien avancer.”

Il pourrait aussi bien s’agir d’un suicide, d’une overdose ou d’un simple malaise que d’un homicide.



© La Dernière Heure 2010