Ce vendredi, la chambre du conseil du parquet du Brabant wallon s’est penchée sur un dossier qui avait secoué le cercle MAF (Maison des Athlètes francophones) en 2018 suite à des dérapages commis lors de bleusailles et de baptêmes estudiantins sur le campus de Louvain-la-Neuve. Il a été décidé de renvoyer neuf personnes devant le tribunal correctionnel, selon la RTBF.

Les personnes concernées devront répondre aux préventions de traitements dégradants, avec circonstances aggravantes liées à la vulnérabilité de certaines victimes, pour traitements inhumains, pour coups et blessures volontaires et involontaires, pour attentats à la pudeur et pour non-assistance à personne en danger. Les prévenus sont, entre autres, accusés d’avoir provoqué des brûlures dans la bouche d’étudiants bizutés en les obligeant à manger certaines choses. Les neuf personnes ont à présent quinze jours pour faire appel de leur renvoi devant le tribunal correctionnel.

C’est en octobre 2018 que l’affaire des dérapages lors de baptêmes éclate au grand jour pour des faits qui se sont déroulés entre septembre et octobre 2017 et sur la même période en 2018 à Louvain-la-Neuve, comme nous le confirme le procureur du Roi du Brabant wallon, Marc Rézette.

Au sein de la MAF, le cercle des étudiants en éducation physique et kinésithérapie, huit prévenus, dont le président et le vice-président, étaient impliqués dans l’organisation des activités de baptêmes, indique encore la RTBF.

Le neuvième prévenu, un homme né en 1994, n’était quant à lui pas un étudiant de l’UCLouvain.

Suite à cette affaire, les autorités de l’université avaient décidé en novembre 2018 de fermer le cercle durant au moins un quadrimestre, afin de mener une enquête interne. Dans la foulée, la Faculté des sciences de la motricité (FSM) décidait de ne plus reconnaître le cercle comme association estudiantine facultaire jusqu’en septembre 2021. Depuis lors, le cercle estudiantin est toujours fermé.

Notons enfin que quatre personnes se sont constituées parties civiles.