La zone de police fait le point sur l’usage du vélo, qui n’est pas sans danger

Les beaux jours reviennent, et les vélos sortent des garages. D’autant que les modes doux de déplacement gagnent en popularité parmi la population de Nivelles et de Genappe.

Et durant les vacances, ce sont sans doute les enfants qui vont succomber aux charmes de la petite reine. Mais est-ce sans danger ? Benoît Giroul, au dernier conseil de police, a demandé au chef de la zone Nivelles-Genappe s’il disposait de statistiques en la matière.

Le rapport des activités 2016 de la zone de police évoque les vols de vélo, qui sont en recrudescence alors que les vols de voiture, eux, marquent le pas. Et le commissaire divisionnaire Pascal Neyman a confirmé ce chiffre.

Il y a dix ans, on ne volait guère de vélos à Nivelles, ou en tout cas assez peu. À moins que les victimes choisissaient de ne pas déposer plainte en pensant que de toute façon, on ne retrouverait jamais leur bécane…

En 2016, ce sont tout de même une trentaine de vols de ce type qui ont été déclarés. Ce n’est pas une explosion spectaculaire, sur un an et sur le territoire de deux grosses communes. Mais la police est attentive au phénomène et collabore notamment avec les agents de Sécurail pour trouver des solutions aux abords de la gare de Nivelles.

Les vols apparaissent aussi par vagues : il n’y en avait eu que trois déclarés depuis le 1er janvier 2017, jusqu’à un récent week-end où trois autres vols de vélos ont été commis. Un des moyens de limiter les risques est de participer aux campagnes de gravure des cadres, organisées régulièrement par les gardiens de la paix. Cela dissuade les voleurs, et permet surtout d’identifier les vélos lorsqu’ils sont retrouvés.

Quant aux accidents, ils restent peu nombreux, même si les conséquences peuvent être graves pour les cyclistes. Il y en a eu cinq en 2016 - y compris de simples chutes - et depuis le 1er janvier 2017, la zone de police en a recensé trois dont un avec délit de fuite de l’automobiliste qui a renversé le cycliste. Un autre a été causé par un cycliste qui roulait à contresens dans une rue.