Depuis quelques années, la zone de police Nivelles-Genappe fait de la sécurité routière une priorité, et pas seulement dans le discours. Alors qu’il y a quatre ans, elle n’avait qu’un radar répressif mobile, elle utilise aujourd’hui non seulement un dispositif caché dans un véhicule banalisé, mais aussi un radar qui circule entre les poteaux fixes placés à plusieurs endroits stratégiques dans les deux communes. Et elle utilise aussi plusieurs fois par an un Lidar prêté par la Région wallonne.

Depuis le début de l’année, le radar mobile a vu passer un peu moins de 39 000 véhicules, et en a flashé 4 180. Le record a été enregistré à la chaussée de Charleroi avec 86 % d’automobilistes en infraction lors du marathon speed d’octobre. Quant à la vitesse la plus haute, elle est de 137 km/h au lieu de 70 km/h maximum, chemin de Fontaine-l’Évêque.

Pour les poteaux fixes, 1 380 infractions ont été constatées depuis le début 2020. En tête, celui de l’avenue des Combattants à Bousval, avec 604 flashs, suivi par celui de la chaussée de Bruxelles à Nivelles avec 482 infractions à son compteur.

Le Lidar, lui, a généré 359 amendes au cours de l’année écoulée. Au total, on arrive déjà à 5 919 véhicules qui roulaient trop vite dans la zone. Autant savoir, les responsables annoncent que "le combat contre la vitesse n’est pas terminé".

V.F.