C’est une mère sous le choc qui, en janvier dernier, a appelé la police de Nivelles. Elle venait de recevoir à propos des agissements de son nouveau compagnon les confidences de sa fille âgée de huit ans. Lorsqu’elle était absente, l’homme obligeait la fillette à regarder avec lui des films pornographiques, se masturbait devant elle et lui demandait de participer à des mises en scène où la petite devait mettre les chaussures à talons de sa mère.

Le Nivellois, entrepreneur, emmenait également la fillette sur des chantiers pour prendre des photos d’elle à l’abri des regards. Elle devait se déshabiller, prendre des poses suggestives… Au moins un des clichés a été envoyé par l’homme sur un site pédopornographique. Impossible pour lui de nier : les enquêteurs, une fois alertés, ont trouvé sur différents supports informatiques des photos et des vidéos que le prévenu enregistrait lorsqu’il était seul avec la fille de sa compagne.

Une fois l’affaire ébruitée, il est apparu que lorsqu’il formait un couple avec une compagne précédente, dans les années 2000, le gaillard s’en était pris à deux autres jeunes filles. Des sœurs qui venaient de temps en temps chez lui et qui, alors qu’elles avaient une douzaine d’années, ont subi des attouchements et des faits qualifiés de viol.

Les deux victimes, majeures, ont décidé de rompre le silence. "Pour que ça n’arrive pas à d’autres", ont-elle précisé.

La justice nivelloise a condamné le prévenu à neuf ans de prison ferme, suivis de cinq ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines.