Les tagueurs qui ont sévi rue de Namur courent toujours. Un autre a été interpellé

Nous en avions parlé dans ces colonnes : le week-end passé, de nombreux tags ont été tracés en une nuit sur les façades, les portes, les vitres, les volets et le mobilier urbain dans les alentours de la place de Lalieux et de la rue du Cura.

Au conseil de police de mercredi soir, Marie-Thérèse Botte s’est fait le relais de la population nivelloise, que ce phénomène indispose. D’autant qu’il y a peu de temps, c’est au faubourg de Charleroi que des vandales avaient sévi.

Le commissaire divisionnaire Pascal Neyman a commencé par rappeler l’importance de déposer plainte dans pareil cas. Tous les citoyens ne le font pas, alors que c’est primordial pour que la police puisse évaluer l’ampleur des faits commis, et lance une enquête en conséquence.

C’est aussi une plainte en bonne et due forme qui ouvre la voie à une réparation pour les citoyens. "En ce qui concerne la vague de plus de 40 tags qui sont apparus la semaine passée, je n’en parlerai pas parce que l’enquête est toujours en cours, a précisé le chef de zone. Par contre, pour ce qui a été commis au faubourg de Charleroi, dix faits ont pu être reliés à un auteur, qui a été intercepté. Le dossier a été transmis à la fonctionnaire sanctionnatrice de la Ville. Elle-ci a entamé des poursuites et cela a débouché sur un accord."

L’accord en question, c’est celui donné par l’auteur qui a reconnu les faits et qui a accepté de réparer le tort qu’il a causé en travaillant au nettoyage des façades souillées, en compagnie des ouvriers du service des travaux.

Sans doute plus utile qu’une amende administrative au paiement incertain… "Je suis vraiment convaincu de l’utilité de ces médiations qui ont été mises en place aussi bien à Nivelles qu’à Genappe, a complété le chef de zone. J’ai parfois assisté à certaines : chaque fois, les auteurs comprennent mieux la sanction. Et comme on sait qu’un tag attire souvent un autre tag, le fait que la ville de Nivelles ait acquis une machine pour les nettoyer est aussi très positif. Cela permet d’éviter qu’ils se multiplient."