Mardi matin, la direction du home Nos Tayons, qui est géré par le CPAS de Nivelles, a appris qu’un résident admis la veille à l’hôpital suite à un mauvais état de santé général avait été testé positif au covid-19. L’homme avait été vacciné il y a plusieurs semaines, comme pratiquement tous les résidents du home. Pour l’instant, aucun pensionnaire n’a d’ailleurs déclaré des symptômes du coronavirus.

Mais dans le même temps, le CPAS a également appris que trois membres du personnel étaient absents après avoir subi un test positif. Un « cluster » suite à une contamination interne ? Pas sûr du tout. D’après certains éléments, ces travailleurs auraient plutôt été mis en présence du virus via des enfants.

Aujourd’hui, d’après la présidente du CPAS aclot, Colette Delmotte, 98% des pensionnaires sont vaccinés, et environ 60% du personnel a également fait le pas, avec une évolution positive ces derniers temps. Alors que trois travailleurs ont été testés positifs, un d’eux a été vacciné, un autre ne l’est pas, et la vaccination était en cours pour un troisième.

En tout cas, par précaution, une procédure a été mise en place et les familles des résidents ont été averties mardi soir. Concrètement, le home est fermé aux visites pour quelques jours et un testing général, tant des pensionnaires que des résidents, est en cours ce mercredi. En fonction des résultats, qui devraient tomber au plus tard vendredi, des décisions seront prises pour maintenir ou non cette interdiction de visite jusqu’à la fin du mois.

Avant cela, Nos Tayons avait à nouveau permis la venue des familles en chambre, vu le haut taux de vaccination des résidents. Mais comme les visiteurs ne sont pas non plus tous vaccinés, le respect des gestes barrières restait de mise. Ce que doit parfois rappeler le personnel, notamment concernant le port du masque lors de ces visites en chambre… "On sait que le vaccin n’est pas une garantie absolue, précise Colette Delmotte. Ce qu’il permet, c’est d’éviter les formes graves de la maladie."