72 ouvriers et 5 employés seront licenciés dans le courant du 1er trimestre 2020.

La décision vient de tomber : CP Bourg, basée à Ottignies, va se séparer de 77 membres de son personnel, sur un total de 171 travailleurs, correspondant à 45% du personnel, expliquent la CNE et la CSC Metea dans un communiqué. L'entreprise l'a annoncé vendredi dernier en conseil d’entreprise extraordinaire. L'entreprise active dans la conception et la fabrication de finition pour le monde de l'impression entamera les licenciements au premier trimestre 2020. 72 ouvriers sur les 98 ouvriers actuels (soit 73%) et 5 employés sur les 73 actuels (7%) ne reprendront plus le chemin du travail.

Un nouveau coup dur pour l'emploi dans le Brabant wallon et pour cette entreprise qui avait déjà connu une restructuration douloureuse en 2016. Restructuration à l'issue de laquelle elle s'était séparée de 70 travailleurs, au lieu des 90 prévus initialement. La direction avait tenté de remonter la pente et avait investi quatre millions d'euros dans l'acquisition d'une nouvelle machine entièrement automatique pour réaliser des livres en quelques minutes seulement.

Pour rappel, les machines CP Bourg permettent de réaliser des livrets brochés (magazines, calendriers,..) et des livres reliés. "L’entreprise subit les conséquences de la concurrence féroce existante chez ses clients qui dès lors se tournent vers des fournisseurs à bas coût et voit son chiffre d’affaires et son carnet de commande baisser depuis plusieurs années dans un marché en pleine transformation, sans aucune perspective d’embellie pour l’avenir, qui s’éloigne de l’impression papier traditionnelle en se tournant vers les supports électronique", précisent encore les syndicats.

La société va devoir arrêter totalement ses activités dans ses département d’usinage, tôlerie et peinture tout en revoyant son organisation et ses compétences dans ses autres services.

"La CSC n’acceptera pas que les travailleurs, qui ont déjà consenti beaucoup d’efforts par le passé, soient sacrifiés de la sorte. Nous analyserons toutes les alternatives possibles et nous interpellerons les pouvoirs publics pour trouver entre-autres des solutions de reclassement. La première réunion de la phase d’information et consultation est prévue ce lundi", conclut le syndicat.