Plusieurs dizaines d'appels à l'aide ont été enregistrés durant la nuit de jeudi à vendredi dans le Brabant wallon en raison des fortes pluies et des violents orages. Les pompiers ont été appelés à intervenir essentiellement dans les entités de Grez-Doiceau, d'Incourt, de Chaumont-Gistoux, de Walhain et de Chastre. De nombreuses voiries se sont retrouvées envahies par la boue et des caves ont été inondées. Des branchages et arbres ont également dû être évacués.

LIRE AUSSI : Les terrains de hockey de Perwez complètement sous eau: "On craint pour l'état des terrains"

Comme lors des inondations du début du mois de juin, les communes de Chastre et de Walhain ont été particulièrement touchées avec d'importantes coulées de boue. Plusieurs Walhinois ont mesuré une trentaine de litres tombés cette nuit dans leur pluviomètre. La commune de Walhain avait pourtant fait installer des ballots de paille au niveau du chemin du Baty du Chêne, en prévision des fortes intempéries orageuses annoncées. Ils resteront jusqu'au 21 juin inclus.

Saint-Géry (Chastre) © D.R.

Rue de Spêche à Walhain. © D.R.

Le centre de Piétrebais, dans la commune d'Incourt, a également vu dévaler des coulées de boues, ainsi que plusieurs autres voiries comme la rue de Louvain et le chemin des Sources. "L’orage a été d’une force, ça m’a rappelé les dernières inondations de 2002, où on avait eu des quantités de pluie infernales, se remémore l'échevin incourtois. On a eu pratiquement 40 litres au m² sur une demi-heure cette nuit. C’était énorme en très peu de temps."

Le bassin d'orage d'Opprebais semble avoir fait son oeuvre et le village a été relativement épargné. Très touchés par contre, les riverains de Piétrebais déplorent l'absence d'un bassin d'orage dans le village, pourtant promis depuis plusieurs années. "On a convenu en collège aujourd'hui de remettre la pression sur la Province pour la création d'un bassin d'orage à Piétrebais, assure Benoît Malevé. Il existe depuis dix ans un projet de deux bassins d’orage sur Piétrebais et Grez-Doiceau mais on s'est heurté à un problème de coût et à la réticence d'un cultivateur de Grez-Doiceau."

Une cour dévastée au chemin des Sources à Piétrebais. © Geerts

Incourt. © Benoit Malevé

Peu avant 8h00, les secouristes apprenaient que le Train, un affluent de la Dyle, commençait à sortir de son lit à Grez-Doiceau. Les rues Pont-au-Lin et de Morsaint ont été particulièrement touchées. Toujours à Grez-Doiceau, le bois de Beausart est resté fermé une bonne partie de la matinée pour laisser le temps aux pompiers de nettoyer la voirie rendue glissante par les boues.

Le Train est sorti de son lit. © Geerts