Dans un communiqué émis vendredi, l’opposition Ensemble pour Villers et Ecolo a fait état d’une réponse du ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon, à un courrier qu’elle lui a envoyé pour dénoncer le trop petit nombre de conseils communaux organisés en 2020 à Villers. Cinq au total, alors que le code de la démocratie locale demande au moins 10 réunions annuelles.

Bien sûr, il y a eu les circonstances particulières du Covid. Mais le ministre, dans le courrier transmis à la presse par l’opposition villersoise, précise que cet argument ne peut être retenu, vu qu’il n’y avait eu que 6 conseils en 2019. Même si le code ne prévoit pas de sanction, le ministère est clair : “Le non-respect de l’article L1122-11 est avéré, la commune manque donc à ses obligations.”

Du côté du collège communal, on produit une autre lettre, non transmise à la presse par l’opposition, et qui montre que cette dernière se plaignait aussi du déroulement des débats au conseil et des délais de convocation. “Par rapport à la problématique de la tenue des débats et du respect des délais de convocation, il n’apparaît pas qu’il y ait eu des manquements par rapport au code de la démocratie”, indique le ministre.

Analyse du bourgmestre Burton : “Le ministre leur donne raison sur la forme mais pas sur le fond. Pour nous, c’est le fond qui compte. On ne va pas organiser des conseils si ce n’est pas nécessaire. Je suis ravi de l’avis du ministre, on continuera exactement comme d’habitude.”