Au conseil communal aclot, il y a quelques jours, une citoyenne membre du groupe Nivelles en transition a interpellé le collège à propos du déploiement de la 5G sur le territoire communal. La dame avait bien noté qu’en mai dernier, une motion sur le sujet avait déjà adoptée par les élus nivellois. Mais l’amendement qui réclamait que l’implantation de nouvelles antennes nécessite un permis de classe 2 plutôt que de classe 3 a été écarté.

L’objectif de la citoyenne était de suggérer que ce point soit à nouveau soumis, parce qu’il permettra à la Ville d’avoir son mot à dire, plutôt que de laisser la main à la Région. Elle voulait aussi que soit privilégié le déploiement de la fibre optique, et que les écoles notamment soient considérées comme des zones blanches à protéger.

Le premier échevin Pascal Rigot a précisé qu’en mai, la Ville avait lancé un signal pour affirmer qu’elle refuse le déploiement de la 5G sur son territoire tant qu’une étude en cours au niveau régional n’a pas fait le point sur les conséquences sanitaires et environnementales de cette nouvelle technologie. Quant à l’amendement, le débat ayant déjà eu lieu, une nouvelle motion ne se justifie pas.

“La déclaration de politique régionale (DPR) prévoit une évaluation par les experts, a complété Pierre Huart. On s’est engagé à attendre l’orientation qui sera donnée par la Région : nous respectons le principe de précaution.”