Paul Fraiteur a contracté le coronavirus mais a pu rentrer chez lui. Il est en voie de guérison.

Il y a une semaine, le verdict était sans appel pour le Perwézien Paul Fraiteur : il était touché par le coronavirus. "Dans un premier temps, j’avais l’impression d’avoir la crève", se souvient-il. N’étant pas atteint de fièvre, le Perwézien de 59 ans ne s’est pas inquiété outre mesure d’autant plus que son médecin traitant lui avait diagnostiqué une bronchite.

Mais alors que les jours passaient, son état, lui, ne s’améliorait pas. Que du contraire. "J’étais toujours à bout de souffle. J’avais du mal à sortir de mon lit et lorsque je faisais un aérosol par exemple, je dormais ensuite pendant 2 h." Voyant ses symptômes s’aggraver, Paul Fraiteur n’a eu d’autre choix que de se rendre aux urgences et le verdict est "rapidement" tombé. "Après une série de tests, j’ai été placé seul, en isolement, et j’ai attendu pendant 1 h 45 pour avoir le verdict. Une fois qu’il est tombé, ils ont directement commencé le traitement."

Une annonce qui, comme on peut s’en douter, a bouleversé Paul Fraiteur. "Je me demandais qui allait être la première personne que je connaisse à être infecté par le coronavirus mais je n’avais jamais pensé que ce serait moi, continue-t-il. Au moment du verdict, j’ai eu l’impression que le monde s’écroulait autour de moi. Dans ce genre de situation, on a beaucoup d’idées qui s’emmêlent dans la tête et j’avais peur de ne plus revoir mes proches et mes amis. On s’imagine toujours le pire, d’autant plus que je fais partie des personnes à risque puisque je suis âgé de 59 ans et que je suis porteur d’un pacemaker depuis une dizaine d’années. Ce qui est difficile, c’est qu’on est directement placé en confinement et en plus, on m’a aussi annoncé que ma famille était certainement contaminée aussi."

Fort heureusement, la situation du Perwézien s’est rapidement améliorée et ce lundi, il a pu rentrer chez lui et retrouver ses proches. "On va dire que je me sens relativement en forme même si j’ai encore besoin de faire une sieste. Pour le moment, je suis confiné avec ma famille à la maison car même s’ils n’ont pas été testés positifs au coronavirus, les médecins partent du principe qu’ils sont aussi contaminés. Ils ont quelques maux pour le moment mais rien d’inquiétant", conclut le Perwézien qui va profiter de cette période de confinement pour guérir complètement.