Mercredi à 13h, environ 200 personnes étaient présentes sur la Place de l'Université de Louvain-la-Neuve pour un rassemblement contre les agressions sexuelles et le sexisme présent en ville.


Plusieurs associations étaient à la tête de cette mobilisation: le Comac Louvain-la-Neuve, l'AGL, Cardijn Solidaire, l'organisation des étudiants de la HELHa, les Jeunes Socialistes Brabant wallon, Ecolo J Louvain-la-Neuve et le Collectif des Femmes. Toutes avaient un but bien précis: dénoncer les agressions sexuelles dans la ville, et revendiquer que des mesures plus fortes soient prises au niveau communal mais aussi universitaire : "Les viols, les agressions et le sexisme ne sont pas des faits de mœurs mais des réalités, clamait l'AGL. Nous pointons du doigt le système patriarcal dans lequel nous vivons, en assurant qu'on peut y mettre un terme par l'information et la sensibilisation."

Covid oblige, les organisateurs ont d'abord demandé aux participants de s'écarter le plus possible les uns des autres afin de respecter les distanciations physiques imposées. De plus, des personnes habillées de chasubles jaunes circulaient entre les gens pour distribuer du gel et recenser les noms des participants.

Parmi les têtes connues, Philippe Hiligsmann, vice-recteur aux affaires étudiantes de l'UCLouvain et Julie Chantry, bourgmestre d'Ottignies-Louvain-la-Neuve était présente : "Je trouvais cela important de venir, dans le but de montrer que la commune soutient cette action, indique la bourgmestre. Je suis d'accord avec les étudiants: une agression sexuelle, c'est déjà une agression sexuelle de trop."