Belle réussite pour la deuxième édition du Survival Fire Fighter Run au Pamexpo.

Ce samedi, ce sont pas moins de 234 pompiers (divisés en 39 équipes) venus des quatre coins du monde (9 nationalités différentes) qui se sont donné rendez-vous au Pamexpo de Court-Saint-Étienne pour la deuxième édition du Survival Fire Fighter Run, cette compétition amicale entre les hommes du feu.

Cette année, trois exercices étaient proposés aux participants avec, à chaque fois, une spécificité et quelques difficultés. "Le premier exercice était un sauvetage de sauveteur, explique Dimitri Jandrain, pompier et organisateur de l’événement. "Par équipe de six, les pompiers devaient évoluer dans un parcours avec un masque occulté car généralement, avec les fumées, on ne voit rien." Au bout du chemin, un mannequin de plus de 100 kg à sauver. "Ce n’est pas le plus rapide qui gagne. Nous sommes intransigeants sur l’aspect sécurité, comme c’est d’ailleurs le cas dans la vie de tous les jours."

Le deuxième exercice mettait un binôme en difficulté avec des problèmes de gestion de l’air. Enfin, le troisième et dernier exercice consistait notamment en l’ouverture d’une porte fermée de l’intérieur. "Cette situation est assez courante avec des personnes qui sont inconscientes de l’autre côté de la porte."

Au final, tout s’est parfaitement déroulé et les organisateurs ont pu compter sur deux fois plus de participants que lors de la première édition en 2017. De quoi prévoir un troisième round dans deux ans ? "Comme en 2017, nous allons prendre le temps d’analyser le déroulement de cette deuxième édition avant de prendre une décision mais je remarque déjà que l’ambiance est très bonne et que tout le monde semble content", conclut Dimitri Jandrain.