Brabant wallon

Le service d’incendie brainois veille à la sécurité de 100.000 personnes

BRAINE-L’ALLEUD Ils ont maitrisé 354 incendies, procédé à une cinquantaine de désincarcérations, élaboré 700 rapports de prévention, procédé à 1.876 missions de sauvetage de personnes, détruit près de 800 nids de guêpes et sont sortis en ambulance 3.828 fois. C’est clair, on ne chôme pas quand on est pompier à Braine-l’Alleud !

Il faut dire que le territoire défendu est vaste : Braine-l’Alleud mais aussi Waterloo, La Hulpe, Lasne et une partie de Braine-le-Château. Le service incendie veille donc à la sécurité de près de 100.000 Brabançons wallons.

Et d’habitants des communes limitrophes puisque l’an dernier, ce sont tout de même 252 sorties d’ambulances qui ont été effectuées sur le territoire de la Flandre voisine, et notamment à Rhode-Saint-Genèse.

À ce propos, on se souviendra du coup de gueule du bourgmestre, Vincent Scourneau, il y a quelques mois, contre la grève du zèle linguistique des opérateurs du 100 de Louvain. Les choses sont arrangées. Par contre, l’accueil des ambulanciers francophones à l’hôpital de Hal est parfois un peu surréaliste…

Mais les hommes du feu ont des préoccupations plus essentielles. Et comme on le voit dans les statistiques rendues publiques hier, la majeure partie de leurs missions est constituée de sortie d’ambulance en urgence. Près de 11 par jour, chaque fois pour des blessés ou des malades.

Accidents de roulage, accidents de travail, personnes retrouvées inconscientes, c’est le stress garanti au quotidien ! Le nombre de ces sorties d’ambulance explose : de 2.803 en 2002, on arrive à 3.828 en 2010. Il est vrai que la population est en augmentation dans les communes de la zone incendie, mais cela n’explique pas tout.

À l’heure où tout le monde a un GSM dans la poche et où tout doit aller vite, on appelle les secours dès qu’il semble que quelque chose se passe. Parfois, certains automobilistes font le 112 en passant devant un accident sans même s’arrêter pour savoir s’il y a des blessés…

Le service incendie coûte actuellement 3,774 millions d’euros par an. Et comme le veut la règle en vigueur depuis des années, Braine-l’Alleud, sur le territoire de laquelle se trouve la caserne, assume 50 % alors que les autres communes financent le reste via un calcul de répartition complexe.

Lorsque la réforme mettra en place une zone unique, la répartition sera plus équitable : chaque citoyen de la zone paiera la même chose pour le même service ”, affirme le bourgmestre, Vincent Scourneau.



© La Dernière Heure 2011