La première partie de l’Inc’Rock BW festival s’est terminée sur une note positive

OPPREBAIS Le sixième Inc’Rock BW festival s’est officiellement terminé dimanche aux petites heures (nous en reparlerons amplement dans l’édition de mardi). Un événement qui aura contenté pas mal de monde. À commencer par les festivaliers présents durant les deux premières journées, plutôt dédiées au rock, dans le sens large du terme.

Avec un total dépassant les 4.000 personnes sur le site vendredi et samedi (le dimanche s’annonçait aussi populaire grâce à un Urban Day très hip-hop), les organisateurs peuvent avoir le sourire, qu’il s’agisse des communes d’Incourt et Jodoigne, des centres culturels de Jodoigne et du Brabant wallon ou de Culturalité.

Du côté des artistes, la satisfaction était de mise. “Ce festival est très sympathique, très familial”, résumait Jean-Luc Fonck, de Sttellla. “J ’ai passé un moment agréable. Et jouer par temps clair, c’est chouette : ça permet de voir les gens.”

Quant aux spectateurs, ils penchaient également du côté positif. “Ce festival évolue bien”, r ésumait Teddy, au milieu d’un public très familial, samedi après-midi. “Il prend le temps de grandir. C’est très intelligent de progresser de cette manière. Tous les festivals n’ont pas toujours procédé de cette manière. À Nivelles, par exemple…”

À noter également la bonne idée de la centrale de mobilité de la Hesbaye brabançonne : un système de covoiturage sur base d’offres et de demandes qui a visiblement permis à de nombreuses personnes de trouver un lift sans trop de difficultés.

A contrario, il y a également eu quelques bémols. La sécurité parfois dilettante (on pénétrait trop facilement dans la partie interdite au public, notamment), les poubelles auraient gagné à être plus nombreuses tandis que les gobelets réutilisables brillaient par leur absence.



© La Dernière Heure 2010