Une chose est certaine, c’est que le personnel de l’hôpital de Nivelles en grande partie demandeur de la vaccination. L’institution sert pour l’instant de hub pour 25 maisons de repos situées dans l’ouest du Brabant wallon : les doses du vaccin Pfizer-BioNTech aujourd’hui stockées dans les frigos de la pharmacie hospitalière aclote sont prévues pour alimenter les campagnes de vaccination dans ces homes publics et privés, selon un programme étalé sur six semaines.

Mais bientôt viendra également le tour du personnel soignant et la demande est forte. Jérémie Mathieu, chargé de communication et responsable des projets transversaux du groupe, confirme sur base d’un sondage interne que plus de 80 % du personnel a accepté de se faire vacciner.

Selon quelles modalités ? Là, rien n’est encore fixé. Jeudi, Gatien Braeckman, le directeur exécutif, expliquait qu’il n’avait pas encore reçu d’instructions claires et que s’il espérait que tout démarre au plus vite, il restait encore pas mal de flou sur la mise en œuvre.

“C’est effectivement encore assez flou : ce qui rend la question complexe, c’est que le groupe est réparti sur six sites, confirme Adrienne Bertrand. Il faut être sûr de combien de doses seront à notre disposition, pour élaborer ensuite une répartition équitable. Justement, comme l’adhésion au vaccin est très élevée parmi le personnel, on ne comprendrait pas qu’on vaccine beaucoup sur un site et moins sur un autre. Il faut trouver la bonne formule.”