NIVELLES

Pratiquement bouclé, le réseau des parcs à conteneurs est un outil efficace

ENVIRONNEMENT Le réseau des parcs à conteneurs est pratiquement complet, à l’exception des cas de Waterloo et Lasne. Le président de l’IBW, Bernard de Traux de Wardin, n’est pas catastrophé de ces exceptions locales : pour lui, le maillage est satisfaisant, avec la récente inauguration du parc à Villers-la-Ville.

Il s’agit du 17e parc géré par l’IBW. Et l’outil fonctionne bien : alors qu’on y avait récolté 82.988 tonnes de déchets en 2008, on a passé la barre des 85.000 tonnes l’an dernier. Tout bénéfice pour l’environnement puisqu’on envoie vers des filières de recyclage ce qui y est apporté.

Et la progression devrait se poursuivre puisque deux projets sont encore en cours : à Chaumont-Gistoux, l’avant-projet est terminé et les travaux pourraient commencer à la fin de l’année. Et le parc de Braine-le-Château en est au même stade.

À l’autre bout de la chaîne, l’incinérateur de Virginal tourne bien également : le Brabant wallon est la seule province wallonne qui traite sur son territoire l’ensemble de ses ordures ménagères, depuis l’interdiction de mise en décharge.

On a brûlé à Virginal 63.200 tonnes d’ordures ménagères brutes. En ajoutant les déchets des collectivités (plus de 15.000 tonnes), les refus de tri et les déchets industriels banals, on arrive à un total de 107.015 tonnes qui ont été détruites dans les fours.

Le tout en gardant des émissions toujours très largement inférieures aux normes légales, souligne-t-on à l’IBW. De plus, l’incinérateur est couplé à une usine de production électrique qui, en 2009, a fourni l’équivalent de la consommation de 9.000 ménages. Quant au fameux centre de tri-broyage de Mont-Saint-Guibert, il devrait être opérationnel en 2011.



© La Dernière Heure 2010