Philippe fulmine contre le comportement de certains automobilistes inciviques.

L’incivisme… Un véritable problème de plus en plus rencontré sur nos routes. Philippe Ramaekers aime courir, souvent avec son épouse. En juin, alors qu’il circule au chemin du Dieu Amant à Chaumont-Gistoux, il est accroché par une voiture qui ne s’arrête pas. Il est blessé au coude mais a le temps de relever le numéro de plaque. Plainte est déposée mais, comme d’habitude dans ce type de litige, c’est la parole de l’un contre celle de l’autre…

Depuis lors, Philippe a contacté les autorités communales qui ont décidé de limiter l’accès à ce chemin. Dorénavant, il est interdit aux véhicules automobiles sauf sur autorisation. " Ce chemin est emprunté par des cavaliers, des joggeurs, des cyclistes, des promeneurs, des enfants ainsi que des véhicules agricoles. Cela de jour comme en soirée. Il est malheureusement à déplorer qu’une grosse frange d’inciviques véhiculés continue à l’emprunter en dépit de la signalisation. En tant que sportifs, ce chemin est une branche de notre itinéraire de cross à ma femme et moi-même".

© Saublens

Dorénavant, lorsque Philippe croise un véhicule, il l’arrête et prend quelques minutes pour expliquer courtoisement à la personne ce qu’il en est. " Si je suis suivi par un véhicule, je ne m’écarte pas et ce véhicule est obligé de me suivre jusqu’à la fin du chemin à mon allure, endroit où je prends aussi le temps d’une explication polie, poursuit le joggeur . Je ne peux pas jurer que la personne soit satisfaite et accepte la situation de bon cœur mais je n’ai aucune remarque. Par contre, ce qui suit est particulièrement répugnant… Ma femme, nettement plus frêle, que moi se contente de faire la remarque et régulièrement, quand il s’agit d’un courageux automobiliste masculin, elle ramasse des insultes du genre "connasse", et d’autres épithètes parfois difficilement compréhensibles. Je m’interroge… "

Comme il ne s’agit que d’un embryon de la banale violence faite aux femmes ou aux plus faibles, la prochaine fois, il n’y aura d’autre solution que de porter plainte avec photo du véhicule à l’appui…