Le 30 mai 2019, jour du marché de l’Ascension à Jodoigne, la soirée a été agitée sur la place de la Victoire. Plusieurs bagarres se sont déclenchées et un maître-chien accompagnait les policiers qui ont tenté de ramener le calme.

Tous se sont retrouvés encerclés par une dizaine de personnes. Un homme a donné un coup direct au visage d’un agent et une dame a été mordue par le chien policier. Son mari, qui avait déjà retenu un intervenant par le bras, est devenu très agressif et a exhorté les autres protagonistes à s’en prendre à la police. Il a même enlevé son tee-shirt en criant qu’il allait “tuer” un des agents.

“Je ne frappais personne : tout ce que j’ai fait, c’est lancer une chaise, a-t-il affirmé sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel. Le policier ne savait pas tenir son chien !”

Un deuxième prévenu, accusé d’avoir été violent également, niait tout en bloc. D’après lui, il a très peur des chiens et avait donc évité de se mêler à la bagarre ce soir-là, son rôle s’étant limité à prendre la défense d’un ami pour le tirer de la mêlée.

Le ministère public, lui, n’avait pas de doute : malgré le chaos régnant sur place, l’homme avait été identifié par les agents et des témoignages renforçaient ces éléments. Une peine de trente mois d’emprisonnement, assortie d’un sursis partiel, avait donc été requise à l’audience.

Le tribunal vient de rendre son jugement et se montre moins catégorique : le prévenu qui niait est finalement acquitté. Quant à celui qui avouait s’être montré agressif, il écope d’une peine de travail de 200 heures.