WAVRE

Selon le MR, la province est suffisamment armée pour jouer ce rôle

POMPIERS “Le commandant des pompiers de Jodoigne me l’a encore affirmé récemment : si je veux que la caserne fonctionne de manière optimale, je dois engager une trentaine de pompiers. Financièrement, c’est impossible pour la ville de subvenir seule à un tel coût.”

À l’instar des autres membres du groupe MR en Brabant wallon, le bourgmestre de Jodoigne, Jean-Paul Wahl, est bien conscient que la problématique des services d’incendie doit être réglée le plus rapidement possible. “Le drame survenu à Liège rappelle cruellement l’urgence à mettre en œuvre la réforme des services de secours “, confie-t-il. “Il faut qu’un coup d’accélérateur soit mis à la mise en œuvre de cette réforme.”

En Brabant wallon, les 27 bourgmestres ont déjà décidé de la formation d’une seule et unique zone de secours, couvrant l’ensemble des territoires de la Jeune Province.

“On est déjà bien avancé” , se réjouit Charles Michel. “Notamment en terme de répartition des équipements dans les différentes casernes. De manière à ce que toutes n’aient pas la même chose et soient complémentaires. Aujour- d’hui, le Brabant wallon est prêt pour devenir une zone pilote pour la mise en place de la réforme.”

Les élus de la province devront toutefois faire face à plusieurs difficultés. D’une part, le surcoût lié à l’uniformisation des statuts des pompiers pour les cinq services d’incendie, l’amélioration des infrastructures et l’engagement de professionnels.

D’autre part, la répartition des coûts entre les communes. “Il est logique que tout le monde ne paie pas la même chose “, poursuit Charles Michel. “Il faudra objectiver les critères (superficie, densité, risques,…) pour déterminer dans quelle proportion telle ou telle commune devra participer.”

Les libéraux sont également revenus sur la création du centre 100 en Brabant wallon. “Un investissement de 16 millions de francs a été réalisé, il y a quelques années, à la caserne de Wavre” , explique Charles Michel.

Il précise : “Si on l’y installe, il pourrait être opérationnel dès cette année. Le problème, c’est que le ministère de l’Intérieur voudrait qu’il soit installé dans l’ancienne poste de Wavre. Il faudrait alors racheter les bâtiments et l’aménager. Il ne serait alors pas opérationnel avant trois, quatre ou cinq ans.”



© La Dernière Heure 2010