L’arrivée des poubelles à puce avait fait grand bruit à Rixensart. De nombreux citoyens s’étaient manifestés pour protester contre ce nouveau système de récolte des déchets. Décrié comme pas adapté à la commune et trop cher, il était le centre de toutes les discussions en février dernier.

Pourtant, sept mois après leur entrée en service, les poubelles à puces semblent remplir leurs objectifs. Par rapport à 2019, le poids total des poubelles aurait ainsi baissé de 25 % à Rixensart. Autre indicateur positif : 39 % du poids des déchets seraient organiques (conteneur vert), ce qui tend à démontrer que le tri commence à rentrer dans les habitudes.

" Les chiffres sont encourageants, c’est sûr. Même si ce ne sont que des projections annuelles basées sur ces 7 premiers mois, précise Sylvie Van den Eynde, l’échevine de la Gestion des déchets. Ils vont nous permettre de trouver le bon équilibre entre le nombre de levées minimum et le tri effectif des citoyens pour le prochain règlement immondices (NdlR, qui sera décidé fin octobre)."

Un équilibre qui ne sera pas facile à trouver d’autant qu’au-delà des chiffres, les retours des citoyens vont dans tous les sens. " Certains qui trient beaucoup trouvent le nombre de levées minimum trop haut, d’autres qui ont plus de mal le trouvent trop bas. On essaiera de l’adapter au mieux. Mais avec l’idée de diminuer le service minimum tout en y allant de manière progressive. "

Pour rappel, la commune avait décidé de mettre en place ce système pour réduire le poids total des déchets d’au moins 30 % au cours de l’actuelle législature. Avec des projections de 25 % de réductions en un an, un grand pas aurait déjà été franchi. À confirmer sur la durée.