Les travaux de création de la zone d’immersion temporaire au vote

BRAINE-L’ALLEUD Le dossier du plan d’eau du Paradis sort la tête de l’eau : le projet sera présenté au conseil communal de lundi soir, sous la forme d’une zone d’immersion temporaire (ZIT) qui sera effectivement une de ses fonctions.

Les berges seront aménagées de manière telle que le niveau pourra varier d’un bon mètre, sur pratiquement cinq hectares. De quoi retenir, en cas de forte pluie, de 70.000 à 75.000 m³ d’eau venant de Lillois, Ophain et d’une partie de Braine-l’Alleud.

Autant de milliers de mètres cubes qui ne partiront pas directement dans le Hain pour envahir, quelques heures plus tard, les jardins et les caves à Wauthier-Braine, Braine-le-Château et à Clabecq.

Le plan d’eau du Paradis est un des gros projets retenu par le bureau d’études Myclène, lequel s’est penché à la demande du conseil d’administration du contrat de rivière Senne sur les retenues à construire pour éviter les inondations telles que connues en novembre 2010.

L’étude hydrologique pointe la création à cet endroit d’une ZIT qui pourrait sérieusement contribuer à une solution. L’intérêt dépassant l’échelon local, Braine-l’Alleud, qui a prévu un budget de 2,5 millions d’euros pour la réalisation, espère une intervention financière de la province et de la région.

Dans une première phase de chantier, il faudra détourner le Hain. En effet, la rivière contournera la ZIT et ce n’est que lorsque son niveau atteindra une certaine hauteur que l’eau se déversera automatiquement dans un plan d’eau permanent, dont la profondeur sera en moyenne de 1,20 m même s’il y aura des zones plus profondes compte tenu du relief de la vallée.

Il y aura même deux plans d’eau puisque, sur les premières esquisses, un cheminement pédestre sépare le grand étang d’un bassin de 30 ares, que l’on pourrait réserver à la baignade si la qualité de l’eau le permet.

En tout cas, en dehors des périodes de crue du Hain où elle servira de ZIT, la retenue pour les eaux du Hain, l’ensemble sera réservé aux loisirs nautiques.

Et c’est d’autant plus cohérent que la future piscine, lorsqu’elle sera sortie du bain judiciaire dans lequel les procédures d’expropriation l’ont actuellement plongée, devrait être construite à proximité.



© La Dernière Heure 2012