De nombreux Néolouvanistes ne peuvent accéder à la télé numérique

LOUVAIN-LA-NEUVE Débourser cinquante euros par mois pour disposer à la fois d’une ligne téléphonique, d’Internet et de la télévision numérique gratuite en complément, c’est l’offre alléchante que propose actuellement Belgacom sur son site Internet.

Problème : dans certaines villes et villages, la connexion à Belgacom TV est tout bonnement impossible dans l’état actuel du réseau. Soit les câbles doivent être remplacés par de la fibre optique, soit les bornes sont tout simplement saturées.

Jérôme, comme des dizaines d’autres habitants de Louvain-la-Neuve, a été confronté au phénomène. “J’ai voulu souscrire un abonnement car je trouvais l’offre intéressante , confie-t-il. Mais on m’a dit que ce n’était pas possible actuellement car la borne envoyant le signal Belgacom TV était saturée. Comme il fallait plusieurs mois pour régler le problème, je suis allé chez un concurrent.”

Dans le quartier des Bruyères, en pleine expansion, la donne est la même. Certaines bornes sont saturées et le réseau de câblage n’est pas adéquat. Résultat : Belgacom ne parvient pas à répondre à la demande. “Nous avons, dans ce cas précis, l’un des endroits en Belgique où il y a une des plus grandes croissances en terme de nouvelles habitations au mètre carré, confie Haroun Fenaux, porte-parole de Belgacom.

Certaines anticipations sont possibles mais, malheureusement, nous devons à nouveau faire venir plus de capacités pour ce nouveau quartier.”

La physionomie des lieux pourrait aussi être en cause, selon Belgacom. “Il faut savoir qu’il y a un grand dynamisme dans le quartier des Bruyères et que nous sommes confrontés a des changements comme des maisons unifamiliales qui deviennent des maisons à plusieurs habitations avec, donc, des demandes de connexions en plus grand nombre.”

Belgacom assure que ses techniciens feront tout leur possible pour augmenter la capacité des bornes et satisfaire ses clients. “Mais cela doit malheureusement prendre quelques mois.”



© La Dernière Heure 2010