La saga Colruyt est loin d’être terminée à Rixensart. Alors que la commune et les fonctionnaires de la Région wallonne avaient sanctionné le projet de nouveau magasin d’un refus, Colruyt Group est allé en appel de cette décision auprès du ministre. " L’audience a déjà eu lieu, la décision devrait être connue dans les environs du 15 mars, confirme Éric Verstraete, responsable expansion chez Colruyt Group. Il y a deux aspects dans notre recours, un socio-économique et un urbanistique. "

Le volet urbanistique fait référence aux arguments de la commune, qui avait jugé le projet "intéressant, mais trop massif, trop à flanc de rue et qui entraînerait une minéralisation trop importante du site". " On reconnaît que le bâtiment imaginé est assez imposant, mais il nous est difficile de faire autrement, continue Éric Verstraete. Les 10 logements imaginés ne nous sont pas essentiels mais ils permettent à l’ensemble de respecter l’affectation de la zone tout en l’intégrant mieux au bâti. Ensuite, tout est intégré au projet : le parking, le site des livraisons, etc. On pourra difficilement changer le gabarit du projet. Et si on le recule, on se rapprocherait des voisins. " Au départ, Colruyt avait imaginé un projet moins dense. " Mais il dépendait de l’achat d’une parcelle supplémentaire qui ne s’est pas réalisé."

Le volet socio-économique pose en revanche plus de problèmes. " Là, on n’a pas du tout compris. Les fonctionnaires parlent d’un projet situé ‘hors du nodule commercial’ mais on est juste en face. Et puis, il s’agit du déménagement d’un magasin vers un autre endroit. On a l’impression que notre projet n’a pas été compris et que les remarques sont excessives. C’est tout juste si les créations d’emploi n’ont pas été critiquées", conclut Éric Verstraete.