En début de conseil communal, lundi soir à Nivelles, une interpellation citoyenne a évoqué le projet de parc de six éoliennes que voudrait concrétiser la société WindVision à cheval sur les territoires de Nivelles et Genappe. Frank Grognet, membre de l’ASBL baulersoise Du côté des champs, a indiqué en commençant que l’association n’était pas anti-éoliennes.

Mais elle estime que s’il faut ajouter des machines à Nivelles, il vaut mieux étendre le parc existant du côté de Nivelles Sud. L’association n’a guère confiance en WindVision et indique avoir relevé des manquements dans l’étude d’incidences. Elle pointe aussi diverses nuisances, dont une atteinte au paysage à Baulers.

C’est le premier échevin Ecolo Pascal Rigot qui a répondu, en rappelant d’abord les antécédents du dossier. Un avis négatif du collège aclot il y a quelques années, suivi d’un refus du fonctionnaire délégué de délivrer le permis. En recours, le gouvernement wallon a donné son feu vert, les opposants ont alors saisi le Conseil d’État, qui a suspendu ledit permis.

WindVision, tenant compte des remarques du Conseil d’État, a alors corrigé son dossier et réintroduit une procédure. "Le collège, il y a quelques heures, a remis un avis positif sur les modifications apportées au dossier, a confirmé Pascal Rigot. C’est un avis, ce n’est pas la Ville qui octroie le permis."