Si pour le moment Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension en Belgique, s’occupe du renouvellement de son réseau dans le Hainaut, quelques Brabançons wallons sont inquiets, à l’image des Rebecquois qui pourraient être concernés par ce tracé si d’aventure il devait mal se passer ailleurs.

Alertés par la situation, tous les groupes politiques qui composent le conseil communal ont décidé d’agir ensemble, main dans la main, afin d’être attentifs à l’évolution du projet. "Les habitants des villages qui forment la commune de Rebecq sont, à juste titre, inquiets de l’évolution du dossier de la nouvelle ligne aérienne haute tension, expliquent les autorités communales. Dès lors, toutes les formations politiques locales représentées au conseil communal ont décidé de constituer un groupe de travail et restent très vigilantes quant à l’évolution du dossier."

Et pour cause : l’alternative numéro 5 envisagée par Elia longerait la ligne TGV vers le nord-est puis l’autoroute E19 jusqu’à Oisquercq et traverserait donc le territoire des communes de Rebecq, Tubize et Ittre. "Nous allons tenir ce dossier à l’œil en prévision d’un éventuel changement de tracé. Bien que nous ne soyons pas concernés territorialement, il nous faut nous préparer pour parer à toute éventualité sur Rebecq", concluent les autorités communales.

J.Br.