Depuis ce lundi 1er mars, l’enquête publique concernant l’installation de deux éoliennes au Stoquois est en cours. La population dispose d’un mois pour faire part de ses remarques sur ce projet mené par Engie qui vise l’installation de deux mâts de 150 mètres.

Mais les opposants au projet n’ont pas attendu le début de l’enquête pour manifester leur incompréhension, à l’image de la plateforme citoyenne éoliennes qui se bat depuis de nombreux mois contre ce projet. L’association avait explicitement demandé que la majorité en place à Rebecq se manifeste contre le projet, comme l’a fait Objectif Citoyens (MR). “Nous demandons au Collège de prendre une décision claire et d’émettre un avis négatif, même si ce dernier n’est pas contraignant”, expliquait il y a quelques jours Caroline De Vos de la plateforme.

Une demande qui a été entendue par la majorité qui s’est officiellement positionnée sur le projet. Une position qui devrait plutôt plaire aux opposants du projet. “Après consultation, nous sommes confortés dans notre position, explique le groupe Union. Bien que favorables aux énergies renouvelables, nous sommes défavorables au projet d’implantation d’éoliennes tel que revu par Engie, notamment en raison de la hauteur des machines et de leur implantation proche des habitations. Restera aux fonctionnaires régionaux à prendre la décision quant à l’octroi ou au refus du permis.”