André Antoine (CDH) et André Flahaut (PS) ont eu à cœur de parler abri de nuit ce mardi. À la veille de l’hiver et en pleine pandémie, les députés wallon et fédéral ont tous deux répété - le premier au Parlement wallon, le second par voie de communiqué - l’importance de mettre sur pied une telle infrastructure dans le Brabant wallon, la seule province à ne pas encore en compter. Une situation qui témoigne, selon le Nivellois, d’un "déni d’humanité". "Chacun se renvoie la balle. Tout le monde oublie que des êtres humains sont en première ligne et font les frais de ce détestable "ping-pong"", déplore André Flahaut.

Le Perwézien a, lui, amené le sujet en commission de l’Action sociale du Parlement, en précisant que le CPAS d’Ottignies-Louvain-la-Neuve est prêt à soutenir le projet. Il n’a pas manqué d’ajouter que les budgets étaient disponibles puisque le Parlement wallon a décidé la création d’un fonds de lutte contre la pauvreté, alimenté de 25 millions d’euros.

La ministre de l’Action sociale Christie Morreale (PS) a rappelé que le Relais social du Brabant wallon, qui sera bientôt créé, doit permettre d’évaluer les besoins en termes d’hébergement d’urgence. "La Fédération des maisons d’accueil, l’AMA, m’a adressé une demande de subvention pour soutenir la mise en place de cette nouvelle structure dans le BW, via le recrutement d’un chargé de mission. Ce traitement est sur le point d’être finalisé ." Et la ministre d’ajouter que le gouverneur du Brabant wallon bénéficiera d'un subside de 50 000 euros pour rencontrer des besoins urgents liés à la crise sanitaire.