GREZ-DOICEAU

Le conseil communal ne peut se substituer à la RCA

POLITIQUE À Grez-Doiceau, entre majorité et opposition, ce n’est pas le grand amour. Alors, quand l’opposition LB tend la perche, il n’en faut pas plus au conseiller Benoît Magos pour dire tout le mal qu’il pense de l’attitude de l’opposition. “C’est moche, je suis outré de la manière dont vous traitez vos propres membres. Les deux administrateurs LB au sein du conseil d’administration de la Régie communale autonome ne méritent pas l’affront que vous leur faites.”

Mais que diable a-t-il bien pu une nouvelle fois se passer pour de tels échanges verbaux lors du conseil communal ? La liste LB cherchait une solution suite à la fin de contrat entre le gérant de la cafétéria du hall sportif de Grez-Doiceau et la commune. “La cafétéria se veut être un lieu de convivialité et de rencontres pour les sportifs” , explique Sybille de Coster. “Malgré les efforts consentis par le gérant et plusieurs actions publicitaires mises en place, la fréquen- tation du lieu n’a pas décollé et a poussé le gérant à clôturer son contrat avec la commune.”

Afin d’assurer la survie de la cafétéria, la liste LB proposait la mise en place d’un système d’intéressement pour les clubs sportifs aux résultats de cette cafétéria.

“Ce système incitera certainement les clubs sportifs à proposer à leurs adhérents de passer après la séance de sport à la cafétéria et, dès lors, de lui permettre de remplir l’objectif tant du conseil communal que de la RCA.”

La proposition a été aussitôt balayée par le bourgmestre, Alain Clabots. Le conseil communal n’a pas les compétences pour traiter ce genre de demande. C’est le conseil d’administration de la RCA et lui seul qui est habilité à traiter ce dossier. D’où les propos de Benoît Magos à l’encontre de LB qui, selon lui, manque de confiance envers ses membres.



© La Dernière Heure 2010