Poursuivie pour un vol à l’arraché devant un Bancontact

NIVELLES En février dernier, Sylvie a été condamnée par défaut à un an de prison avec un sursis qui ne concernait qu’un tiers de la peine. Elle a donc été envoyée en prison… où elle a pu faire opposition à cette décision de justice. Et elle est venue, vendredi, tenter d’infléchir le tribunal pour obtenir une peine plus clémente.

En affichant profil bas. “Je suis honteuse de ce que j’ai fait, je regrette énormément mon geste , a-t-elle indiqué. J’ ai vraiment compris la leçon, ça ne risque plus d’arriver…” Il faut dire que les préventions qui lui valent cette comparution en correctionnelle ne sont pas anodines : vol avec violence, et tentative de fraude informatique. Quand les filles s’y mettent, ce n’est à moitié…

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 21 au 22 janvier 2010. Une dame retirait de l’argent au Bancontact situé au coin de la rue de Namur et de la rue du Cura, dans la cité aclote. Sylvie, qui passait par là en voiture avec un ami, a demandé qu’on la dépose à proximité. Elle connaissait vaguement cette dame, qu’elle avait côtoyée lorsqu’elle était serveuse dans un établissement de la place Delalieux. Et elle lui aurait avancé de l’argent qui n’a jamais été remboursé.

L’idée était donc de récupérer un peu de sous. Elle s’est approchée de sa victime, lui a demandé si elle la reconnaissait. Puis soudain, elle a arraché le portefeuille de la dame et s’est enfuie. La police, appelée sur place, a rapidement rattrapé la voleuse. Il faut dire qu’elle avait bu quelques verres de trop ce soir-là. Et elle avait maladroitement tenté de se servir de la carte bancaire volée pour retirer de l’argent un peu plus loin, à l’agence Dexia. Sans y parvenir avant d’être épinglée par une patrouille de police.

Aujourd’hui, la prévenue a tourné la page et travaille dans un autre secteur. Elle n’a pas d’antécédents judiciaires et l’incident de Nivelles semble être un fait isolé. Le ministère public ne s’est dès lors pas opposé à une révision de la peine infligée en février. Il a suggéré une solide peine de travail, de l’ordre de 120 h. Le jugement sera rendu dans un mois.



© La Dernière Heure 2012