À Baulers, la police est passée à une phase répressive après avoir averti.


Au dernier conseil de police, Germain Dalne a interrogé le chef de corps sur la mise en circulation locale de la rue de Plancenoit, à Baulers. Cette longue voirie est étroite, mais certains automobilistes passaient par là pour éviter les embouteillages des axes principaux, ce qui causait des désagréments aux riverains, qui se plaignaient non seulement du flux de véhicules à certains moments de la journée, mais aussi de la vitesse adoptée.

D’où la décision de mettre la rue en circulation locale, pour la soustraire complètement au trafic de transit. Il s’agit en réalité d’un test à ce stade et, au mois de janvier, aux premiers temps de la prise de cette mesure, la police locale a opté pour la prévention lors de ses contrôles.

Les automobilistes passant par la rue de Plancenoit alors qu’ils ne faisaient pas partie de la circulation locale n’étaient pas verbalisés, mais avertis de la nouvelle signalisation et de la raison pour laquelle celle-ci avait été posée. Avec la précision qu’une phase de répression suivrait pour ceux qui ne comprendraient pas le message.

Cette phase de répression a été mise en œuvre en février. En se postant dans la rue à différents moments de la journée, la police a verbalisé 25 véhicules.

" C’était un test mais, vu que les résultats sont bons et reconnus par les riverains, on va le prolonger ", a précisé Pierre Huart.