C’est sous la pluie qu’une quinzaine de volontaires se sont rassemblés samedi matin sur le Ravel près du foyer populaire à Court-Saint-Étienne. Tous portaient une chasuble jaune, un sac-poubelle et des gants. Pas de doute : la sixième édition du Grand Nettoyage de Printemps avait commencé, quelques mois plus tôt !

L’événement aurait dû avoir lieu les 26, 27, 28 et 29 mars passés. Seulement, avec la crise, la décision avait été prise de reporter la collecte à septembre.

C’est l’ASBL Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre, créée par Fost Plus, Fevia Wallonie et Comeos, qui a lancé cette action en 2015. Pour la sixième édition, l’ASBL a voulu prolonger l’action qui se déroule normalement sur un week-end : "Le thème de cette année, ce sont les entreprises, car elles étaient fort demandeuses lors de l’édition précédente, explique Rosalie Anciaux, chargée de communication pour Be WaPP. On a donc rajouté un jour, jeudi, afin que tout le monde puisse participer."

Parmi les 45 000 personnes inscrites, 30 000 étaient dans les rues, et 15 000 dans les écoles : "D’habitude, les élèves participent mais cette année, avec les contraintes de sécurité que l’on connaît aujourd’hui, on se voyait mal laisser des groupes de 80 élèves se balader dans les rues", précise Rosalie Anciaux. Des animations de sensibilisation sont dès lors organisées dans les écoles participantes.

Pour simplifier le travail, les communes reçoivent une liste des zones nettoyées, dans le but de récupérer les sacs-poubelle.