Déjà poursuivi devant le tribunal de la jeunesse pour des faits de coups, Nour, né en 1999, a été cité en correctionnelle pour de multiples faits de violence commis envers sa jeune compagne. Il n’est pas venu s’expliquer mais le dossier a été examiné par défaut et le ministère public a dressé un tableau plutôt sombre des relations au sein de ce couple à peine sorti de l’adolescence.

La victime, à plusieurs moments de l’enquête, a minimisé les faits. Mais, lorsqu’elle subit la violence de Nour, elle est contrainte de fuir. Elle est déjà revenue à deux reprises chez ses parents. À Bruxelles en mars 2019, c’est dans un parking qu’elle s’est réfugiée pour échapper aux coups et à la colère du jeune homme. Et il y a également eu des faits alors qu’ils séjournaient à Ostende.

Les policiers ont interrogé l’intéressé, qui a largement minimisé sa responsabilité. D’après lui, sa compagne est hystérique et, si elle a des marques sur les bras, c’est parce qu’il est contraint de l’immobiliser pour l’aider.

Les enquêteurs ont pourtant visionné, sur son GSM, une vidéo qu’il a lui-même filmée et où on le voit gifler très violemment la jeune fille, alors qu’elle est assise sur le rebord d’une baignoire. Devant le tribunal correctionnel, le gaillard devait également s’expliquer sur la possession d’un pistolet d’alarme et sur le vol de deux vélos électriques appartenant à la grand-mère de sa compagne.

" La relation est particulièrement toxique : depuis juillet 2018, elle est émaillée de violences, de coups et d’humiliations au gré des envies et des énervements du prévenu, avait requis la substitute à l’audience, en l’absence de l’intéressé. Elle est sa victime préférée, il se défoule sur elle, et il coupe les liens avec son entourage familial et amical ."

Le tribunal vient de rendre son jugement : le prévenu écope de quinze mois de prison ferme et d’une amende de 400 euros pour les violences, d’un mois de plus pour le vol des vélos, et de 800 euros d’amende pour le pistolet d’alarme.