On le sait, un collectif citoyens, soutenu par la ville de Genappe, s’est constitué en coopérative pour acquérir le Bois Balon, sur les hauteurs de Bousval. L’objectif est de garder cette parcelle ouverte au public, comme elle l’est depuis cinquante ans, à l’heure où la famille Balon envisage de vendre l’hectare et demi de bois qui sont un peu le “poumon” du village. L’initiative provoque un bel engouement : plus de 15 000 euros ont été récoltés en quelques jours.

Pour le député régional André Antoine, il y a moyen de faire mieux. En commission du parlement wallon, il a interpellé la ministre (stéphanoise) Céline Tellier pour demander que le Gouvernement wallon entre en piste. Parce que le bois Balon est “emboîté” dans une autre parcelle boisée, dont le propriétaire qui habite dans l’est du Brabant wallon, et qu’acheter les deux bois ensemble permettrait d’augmenter l’intérêt de l’acquisition.

“Le propriétaire m’a contacté et m’a dit que si c’était la Région qui se portait acquéreur pour laisser le bois ouvert au public, il était vendeur, confirme André Antoine. C’est un héritage de son grand-père, et cette personne est attachée à la préservation des lieux. Il y a aussi deux champs, cela ferait un total de plus de 3 ha, ce qui est plus intéressant encore que le projet initial du Bois Balon.”

Évidemment, ce sera plus cher mais pour André Antoine, la Région wallonne dispose d’un budget annuel de 350 000 euros pour financer ce type d’acquisition. La ministre Tellier s’est montrée prudente dans sa réponse mais pour le député brabançon wallon, il s’agit d’une occasion à ne pas laisser passer. Peut-être même en associant aussi la Province, au besoin.

“La superficie est intéressante, les promeneurs sont attachés à ces lieux et les bois à vendre ne sont pas si nombreux en Brabant wallon, appuie André Antoine. Si la Région achetait ces deux bois dont le parcellaire est compliqué, on aurait un bloc cohérent. La police du respect des lieux peut être exercée par le Département de la nature et des Forêts, et un partenariat pourrait être conclu avec les Amis du Bois Balon pour faire vivre les lieux.”