Brabant wallon De nombreux appareils électroniques et des armes découverts à Charleroi.


En avril 2016, deux groupes de personnes originaires des anciens pays de l’Est ont été interceptés au Shopping Center de Nivelles. Le premier groupe avait volé des montres de luxe dans une bijouterie de la galerie commerciale. Le deuxième groupe, dont faisait partie Roman F., n’a pas directement participé au larcin.

Par contre, dans la voiture de Roman, les policiers ont trouvé un pistolet chargé dans la boîte à gants, et un couteau à cran d’arrêt dissimulé sous le volant. Une perquisition menée dans la foulée à son domicile de Charleroi a permis de retrouver des ordinateurs, des tablettes et de nombreux appareils électroniques. Ceux-ci avaient été volés lors de plusieurs cambriolages, commis notamment à Tournai et à Namur.

Et Roman, avant le jugement qui l’a condamné par défaut, a été expulsé vers sa Géorgie natale. Mais il y a un mois, il a appris qu’il avait écopé de quanrante-cinq mois de prison. C’était après avoir été intercepté pour un vol commis à… Gembloux.

Il a fait opposition et nié tout ce qui lui a été reproché. Le tribunal, dans son jugement, estime que le prévenu n’a pas pu fournir d’explications crédibles sur la détention des armes - il y avait aussi un fusil à canon scié chez Roman - et des objets volés. Et même si l’intéressé n’est pas condamné pour le vol de ceux-ci, faute de preuve qu’il a participé aux cambriolages, il ne pouvait pas ignorer l’origine illicite de ces choses et le recel est établi.

Vu le nombre d’infractions, leur gravité et la personnalité du prévenu qui se promène avec une arme chargée dans sa voiture et ne se remet absolument pas en question, c’est une peine de trente mois, dont vingt mois d’emprisonnement ferme, qui lui est infligée.