Nouveau rebondissement dans le dossier de la route de Montagne, à Rebecq. Alors que les travaux pour la création de cette nouvelle voirie allaient être entamés, le comité de quartier de Quenast, Le Pavé, a introduit un nouveau recours au Conseil d’État.

Pour rappel, l’exploitant de la carrière de Quenast, Sagrex, projette de supprimer la drève Léon Jacques et de créer une voirie de substitution à proximité de certaines habitations afin de permettre l’extension de la carrière.

© D.R.

Lorsque le permis d’urbanisme pour la création de la route a été octroyé par la fonctionnaire déléguée en juillet dernier, les riverains auraient convenu avec les avocats de Sagrex qu’un planning détaillé des travaux leur serait présenté. Sauf que ce document ne serait jamais arrivé, alors que de larges panneaux sont apparus devant la carrière, présageant, d’après les riverains, le début des travaux. " On s’attendait à un planning en bonne et due forme mais au lieu de ça, ils nous ont donné des phases des travaux, sans aucune date, regrette Célie Van Audenhaege, membre du comité de quartier. Ils disent qu’ils veulent faire ça en bonne entente avec les riverains mais ils ne le montrent pas. Ça nous a beaucoup déçus."

Les riverains ont donc introduit un recours en suspension d’extrême urgence auprès du Conseil d’État afin de faire stopper les travaux. La plus haute juridiction du pays devra statuer sur ce recours dans les prochains jours avant de trancher, dans les prochains mois, sur les deux autres recours en annulation introduits par Le Pavé, l'un contre la décision de la Région wallonne confirmant la décision d'ouverture de voirie et l'autre contre le permis octroyé en juillet.