Des chercheurs de l’UCLouvain réalisent actuellement une expérience à la Justine Henin Academy, à Limelette, sur la ventilation des salles de sports. "Nous sommes probablement bientôt en déconfinement donc on doit être préparé", explique Marc Francaux, professeur à l’UCLouvain. Le Conseil supérieur de la santé recommande de mesurer la concentration de CO2 dans l’air et de la maintenir en dessous de 800 ppm (800 molécules d’air polluées sur un million). "Ce n’est pas parce que le taux sera inférieur que le risque est nul, mais il est considéré comme acceptable", ajoute-t-il. Ces données seront transmises aux politiciens qui décideront des mesures à adopter lors du prochain conseil le 26 mars prochain.

Selon Marc Francaux, au début de l’épidémie, nous avons sous-estimé l’effet aérosol dans la transmission du virus, c’est à dire les micro-gouttelettes que nous expirons. "Le problème du sport, c’est qu’on ventile plus parce qu’on est essoufflé donc il est nécessaire d’avoir une extraction d’air dans la salle", dit-il. Ce projet pilote à la Justine Henin Academy permettra de dégager une méthodologie à appliquer selon la taille des salles au niveau de leur fréquentation. Marc Francaux pense qu’il faudra installer des détecteurs de CO2 dans les salles pour mesurer le nombre maximum de personnes qui pourront être présentes.

À propos de l’utilisation d’un masque pendant la pratique du sport, Marc Francaux n’est pas convaincu. "Le problème, c’est qu’on rejette trop d’eau quand on ventile trop fort, et si un masque est saturé en vapeur d’eau, il ne sert plus à rien."