Beaucoup de restaurateurs et cafetiers ont déjà annoncé qu’ils rouvriraient leur terrasse non pas le 8 mai comme l’a décidé le comité de concertation de ce mercredi, mais bien le 1er mai, en droite ligne avec ce que le secteur demande depuis des semaines.

Mais bon nombre d’entre eux ont toutefois décidé d’aller à contre-courant et de ne pas du tout rouvrir leur terrasse. Ni le 1er, ni le 8. C’est le cas du patron de l’Horizon, à Chaumont-Gistoux, qui l’a annoncé sur sa page Facebook ce mercredi soir. Ce n’est pourtant pas la place qui manque en terrasse. S’il ouvrait, le chef parviendrait sans trop de mal à remplir ses 20 couverts en extérieur et à assurer un service rentable. Mais il estime que cette option comporte trop d’incertitudes…

C’est impossible d’ouvrir nos portes sans avoir la certitude de pouvoir vous accueillir en raison des conditions climatiques, explique Alessandro Ciriello dans sa publication. Nous ne pouvons pas manquer de respect à nos fournisseurs en jouant au yoyo dans nos commandes ou encore de jeter leur marchandise mais aussi de manquer de respect à nos clients qui ne pourraient pas s’abriter à l’intérieur en cas d’intempéries. Le moment de table doit rester et restera un moment de détente propice au voyage gustatif et non pas à regarder le ciel pour s’assurer que l’on pourra terminer son repas en toute sérénité.

Le jeune chef explique que son poisson vient tout droit de Bretagne et qu’il craint de devoir annuler voire de jeter une partie de la commande suite à des prévisions météo qui se gâtent. “Je ne me vois pas dire à mon fournisseur ‘tu peux jeter tes poissons’ parce que j’ai des annulations. Il doit pouvoir s’organiser”, poursuit le restaurateur.

Alessandro Ciriello regrette cette décision du comité de concertation et aurait souhaité une réouverture complète, selon le protocole mis en place l’an dernier. Il attendra donc le feu vert des autorités pour rouvrir complètement son établissement. “Notre job, c’est de choyer nos clients et on ne les respecte pas s’ils restent trois heures dehors dans le froid. Ce n’est pas notre faute si on décide de ne pas rouvrir, c’est la faute de ce gouvernement qui n’a aucune compréhension de notre secteur. J’espère que je pourrai rouvrir le 1er juin.” Il peut heureusement compter sur la fidélité de ses clients pour tenir le coup. Son service à emporter fonctionne bien, ce qui explique le fait qu’il ne se précipite pas sur la possibilité de rouvrir.