Le calvaire : voilà ce que vivent depuis de nombreux mois les habitants de Clabecq lorsqu’ils veulent quitter, ou rentrer, chez eux. Entre la fermeture de la rue Saint-Véron et le projet de mise en sens unique de la rue Mussemberg, les problèmes se multiplient avec une tendance : la Ville de Tubize n’est jamais aux commandes.

Le cas de la rue Saint-Véron dépend en effet de Braine-le-Château alors que celui de la rue Mussemberg trouve son origine à Hal. “Le temps pour sortir de Clabecq est infernal et c’est très compliqué pour les parents qui vont conduire leurs enfants à l’école par exemple”, déplore Marc Jonville (Renouveau Communal).

L’occasion pour le nouvel échevin de la Mobilité, Pierre Anthoine, de faire le point sur ces différents dossiers. “Nous n’avons pas encore de nouvelle du Conseil d’État en ce qui concerne la rue Saint-Véron. L’auditeur ne s’est pas saisi du dossier et quand on voit les priorités qu’ils ont mises, qui sont logiques notamment au niveau de l’enseignement, ce n’est pas pour demain pour ce dossier.”

Une fermeture qui handicap les habitants d’où la proposition de Marc Jonville d’y placer un feu tricolore. “C’est une possibilité mais il faudrait aussi voir où mettre la zone d’évitement car la distance est importante”, complète Michel Januth, le bourgmestre tubizien.

Concernant l’autre problème, au niveau de la rue de Mussemberg, la demande de Pierre Anthoine de coordonner les travaux avec ceux de la rue des Déportés semble avoir été entendue. Reste à savoir quel sera le sort réservé à cet axe ? “J’ai demandé à mon collègue échevin à Hal s’il ne pouvait pas envisager un feu tricolore plutôt qu’un sens unique mais cette compétence ne fait pas partie des siennes. Il doit donc voir avec son collègue. J’ai suggéré une rencontre et l’idée est de travailler sur un feu tricolore ce qui permettrait d’avoir un double sens sur l’axe vers Bruxelles. Mais une fois encore, cette voirie ne nous appartient pas”, conclut l’échevin tubizien.

Un véritable casse-tête communal qui n’arrange bien évidemment pas les Clabecquois qui pourraient se retrouver complètement enclavés.