Plusieurs taxes et redevances ont été modifiées dans la cité du Betchard.

Mardi soir, lors du traditionnel conseil communal de Tubize, le collège a présenté toute une série de taxes et de redevances qui ont, parfois, été revues à la hausse. La bonne nouvelle pour les Tubiziens, c’est que les autorités communales ne touchent pas à l’IPP, ni au précompte immobilier, qui restent inchangés. "Nous maintenons ces taux, même si le Crac aurait peut-être préféré que nous les augmentions", sourit Michel Januth, le maïeur tubizien.

Par contre, d’autres taxes ont été revues à la hausse comme celle sur l’absence d’emplacements de parcage. Elle passe de 3 500 à 5 000 euros. Au niveau des commerces, la redevance sur l’occupation de l’espace public a aussi été revue pour mieux correspondre à la réalité du terrain. "Jusqu’à maintenant, elle était fixée à 5 euros du mètre carré par jour d’occupation, continue Michel Januth. Mais elle était inadaptée et impossible à percevoir. Certains commerçants étaient parfois redevables d’une somme incroyable. je prends l’exemple d’un commerce Horeca qui doit payer 100 euros par jour. À la fin de l’année, ça lui fait une redevance de 22 000 euros, c’est n’est pas possible !"

Face à cette situation, les autorités communales ont dès lors décidé de travailler sous forme de forfait. "Pour moins de 5 mètres carrés, ce sera 50 euros par an. Entre 5 et 20 mètres carrés : 150 euros par an. Et pour plus de 20 mètres carrés, on passe à 250 euros par an."

L’autre changement qui va impacter les Tubiziens, c’est l’augmentation du prix des sacs-poubelle. Les petits de 30 litres passent de 50 à 62,5 cents alors que ceux de 60 litres passent de 1 à 1,25 euro. "Après avoir analysé ce qui se faisait autour de nous, nous avions décidé de nous aligner sur le prix pratiqué par les communes voisines", explique Sandra Dumonceau, échevine de l’Environnement à Tubize. Une décision qui n’a pas vraiment été partagée par l’opposition (lire ci-contre).

Enfin, on ajoutera que ces taxes et redevances ne sont pas définitives, le bourgmestre précisant que d’autres pourraient peut-être voir le jour en fonction de la réalité du terrain, comme une taxe sur les dancings ou sur les "cannabis café" s’ils devaient s’installer à Tubize.

"On n'a pas tous le même niveau de vie !"

Fort logiquement, l’opposition a réagi à ces propositions, à commencer par Samuel D’Orazio (MR). "Je suis interpellé par le fait de fixer le prix des sacs-poubelle par rapport aux communes voisines. Il faut savoir qu’on n’a pas tous le même niveau de vie !" Son collègue libéral Pierre Pinte pointe la surfiscalisation des Tubiziens. "Ces taxes et redevances sont fixées pour six ans alors qu’en 2021 on n’aura plus à assumer le passé. Un tas de gestes visaient à surfiscaliser les Tubiziens pour répondre au passé, au présent et au futur mais, à partir de 2021, ce ne sera plus le cas et on aurait pu s’attendre à une diminution fiscale. Nous regrettons qu’il n’y ait pas de baisse du prix des documents administratifs."

De son côté, le Renouveau communal (RC) parle de "copier-coller". "On a repris les taxes et redevances telles qu’elles étaient par le passé sans se demander si ça valait la peine de les changer ou de les améliorer."

Le point a été voté majorité contre opposition, même si Pierre Pinte était plutôt favorable jusqu’à l’intervention de Mourad Abdelali (échevin), arguant que l’opposition demandait d’augmenter les taxes, ce qu’il réfute.