Début août 2019, il y a plus d’un an donc, la décision du collège communal de Braine-le-Château de fermer la rue Saint-Véron, à cheval sur Braine-le-Château, Tubize et Hal, suscitait un vif émoi au sein de la cité du Betchard.

Les Tubiziens, habitués à son utilisation, voyaient d’un mauvais œil cette fermeture "décidée de manière unilatérale et sans concertation", d’après les autorités communales tubiziennes. Et même si le temps passe, la situation, elle, ne s’arrange pas. À nouveau interpellé lors du dernier conseil communal par Marc Jonville (RC), l’échevin en charge du dossier a fait le point sur ce dernier. "Notre marge de manœuvre est très étroite, reconnaît Michel Picalausa. En fait, chaque commune est maître de ses voiries sauf si celles-ci touchent d’autres communes."

Le dossier est chez l’avocat

Pour justifier son choix, la commune de Braine-le-Château se base sur l’avis favorable qui a été rendu par le fonctionnaire délégué. "Il dit être favorable à cette décision mais à nos yeux, les procédures n’ont pas été respectées, notamment parce que l’enquête publique n’a pas été réalisée pour Tubize", continue Michel Picalausa, rejoint par son bourgmestre, Michel Januth. "Nous avons demandé à notre avocat d’introduire un recours quant à la décision qui a été prise par le conseil communal de Braine-le-Château. Le dossier est à présent entre ses mains."

Commencé il y a plus d’un an, on n’a pas encore fini d’entendre parler de la fermeture, ou non, de la rue Saint-Véron entre Tubize, Braine-le-Château et Hal.