Frédéric Jadin et Jean-Pierre Fumière ont interpellé Pierre Huart sur cette grosse augmentation.

Le 16 octobre dernier, l’assemblée générale extraordinaire des Habitations du Roman Païs décidait de créer des émoluments pour son président, Pierre Huart, passant de 4 038,94 euros à 24 377,95 euros brut par an. "Il s’agit d’une augmentation de 600 % et nous sommes opposés à cette décision , e xpliquent Frédéric Jadin et Jean-Pierre Fumière (PS). Nous affirmons que ces augmentations, aussi légales soient-elles, traduisent un mépris de la part de certains décideurs politiques à l’égard d’une très large partie de la population touchée par la crise et par la diminution de son pouvoir d’achat."

Et ils ne sont pas près de s’arrêter là. "Nous sommes décidés à continuer le combat contre le cumul des mandats et contre des droits que certains décideurs politiques s’octroient de manière financièrement intéressée. En tant que décideurs politiques responsables, nous ne pouvons pas approuver de telles attitudes !"

Les deux hommes ont donc décidé d’interpeller directement Pierre Huart afin d’obtenir quelques explications (voir ci-contre). "D’après vos dires, vous avez refusé vos émoluments durant 12 ans en tant que président et vice-président de Roman Païs mais vous n’avez pas refusé vos différents revenus en tant que bourgmestre de Nivelles et autres mandats rémunérés. Vous avez comparé des situations totalement différentes. "

Et de formuler une demande claire au bourgmestre de Nivelles : "Afin de pouvoir comparer, nous vous proposons de communiquer copie de votre déclaration de mandats. Nous pourrions alors ouvrir un débat en toute connaissance de cause. Nous sommes persuadés que le cumul est à proscrire. Il y a assez de mandataires de qualité pour se partager l’ensemble des responsabilités. Rien ne vous y oblige mais afin de marquer votre désintérêt financier le plus total, nous nous vous proposons de léguer vos émoluments de président des Habitations sociales du Roman Païs au CPAS de Nivelles" , concluent Frédéric Jadin et Jean-Pierre Fumière.

Nivelles Le bourgmestre de Nivelles attend la décision de la tutelle… et lance une contre-attaque.

Mis au défi d’un débat public par deux mandataires tubiziens, le bourgmestre de Nivelles Pierre Huart, qui est aussi le président des Habitations sociales du Roman Païs, fait mine de s’étonner et précise qu’on ne parle pas de "ses" émoluments mais de ceux du président : la mesure bénéficie non pas à lui personnellement mais à tous ceux qui rempliront cette fonction à l’avenir.

Après l’adoption de cette modification à la mi-octobre, le ministre Dermagne a été saisi d’un recours et le maïeur aclot précise qu’il se pliera sans discuter à la décision qui sera rendue dans ce cadre.

Quant à l’idée d’un débat public, Pierre Huart explique qu’il a déjà eu lieu à trois reprises. Une première fois au conseil d’administration des Habitations sociales du Roman Païs, où aucun vote n’a été exprimé pour s’opposer à la proposition de ce point en assemblée générale. Au conseil communal de Tubize ensuite, où il avait proposé de venir s’expliquer mais le bourgmestre Michel Januth aurait affirmé que ce n’était pas nécessaire. Et à l’assemblée générale de la société ensuite, où 71 % des votants ont dit oui.

"Il y a eu un vote en assemblée générale, c’est une décision prise en respectant la démocratie et il me semble qu’elle mérite d’être respectée. Sur le fond, les autres sociétés de logements sociaux ont adapté les statuts depuis 2008. Cela veut dire que Michel Januth et moi, nous y avons renoncé durant plus de dix ans", commente Pierre Huart.

Avant de lancer une contre-attaque : le maïeur aclot dit avoir tenté de joindre le président du CPAS de Tubize à son bureau, et on lui a répondu que son interlocuteur passait en général en fin de journée. "Je m’étonne que celui qui me met en cause ne preste pas sa fonction de président à temps plein", glisse le bourgmestre de Nivelles.