La police aurait enfin mis la main sur le deuxième agresseur qui était alors armé d'un couteau papillon.

Presque six ans après les faits, la police aurait mis la main sur le complice dans l’affaire de la tentative de meurtre qui s'est déroulée en septembre 2014 sur l’aire de la station Q8 à Court-Saint-Etienne. À l’époque, une dizaine de personnes étaient rassemblées à la station essence, située à côté du rond-point entre la chaussée de Bruxelles et l’avenue des Combattants, lorsqu’une Ford Fiesta circulant à vive allure a fait irruption. À son bord, deux individus dont un avait le visage dissimulé sous une cagoule. Celui-ci tenait dans ses mains un couteau papillon. L’autre, qui agissait le visage couvert, portait un fusil-mitrailleur avec lequel il a mis en joue l’un des membres du groupe, originaire de Genappe.

Le Genappien a échappé de peu à la mort : l'agresseur qui possédait un fusil-mitrailleur a tenté d’ouvrir le feu, mais son arme s’est enrayée. Ne voulant pas en rester là, les deux individus finiront par passer à tabac la pauvre victime avant de s’enfuir.

L’homme armé du fusil finira par être interpellé à son domicile par la police et sera condamné en 2015 à huit ans de prison pour tentative de meurtre. Par contre, les forces de l’ordre ignoraient tout de l’identité du deuxième larron et ont continué à mener l’enquête, malgré le refus du prisonnier de divulguer le nom de son complice.

Ce mercredi, c’est un rebondissement qui a eu lieu dans cette affaire puisque la police a interpellé un suspect qui pourrait être le complice tant recherché. "Un mandat d’arrêt a été délivré contre l’individu", confirme la porte-parole du parquet brabançon.

L’enquête est en cours pour déterminer si, oui ou non, après autant d’années, le second agresseur a bel et bien été retrouvé.