Il existe, à nouveau, une activité hôtelière dans le centre de Nivelles. La société Itarferein vient d’obtenir du Commissariat général au tourisme (CGT) l’autorisation de faire usage de la dénomination « hôtel » pour ses chambres situées dans les étages du n°1 de la rue des Vieilles Prisons.

Il s’agit en réalité de l’ancien hôtel du commerce, dont le rez-de-chaussée est aujourd’hui occupé par le Thaï Café. Le propriétaire a rénové les étages l’an dernier et propose désormais six chambres à louer. Elles sont classées 2 étoiles parce que le bâtiment étant ce qu’il est, il n’y a pas d’ascenseur. Par contre, un petit tour sur le site de l’établissement, à l’adresse permet de constater que le confort nécessaire y est.

© HDC

Lit double, salle de bain privative, parquet, climatisation, wifi gratuit dans l’hôtel, vue sur la Grand-Place, il y a de quoi passer quelques nuits agréable au coeur de la cité des Aclots en profitant des activités lorsqu’elles pourront enfin revenir en nombre.

"Ce sont des chambres destinées à des gens qui préfèrent rester dans le centre-ville pour bénéficier des facilités, des restaurants, par exemple, confirme Carlos Garralda, le directeur de la SPRL Itarferein. Nous avons deux chambres avec une petite cuisine et un studio un peu plus grand, pour une clientèle business qui resterait la semaine ou un peu plus longtemps et voudrait un peu cuisiner sur place. Et puis il y a quatre chambres plus classiques. Cela ne fait que six chambres au total, et il y a une vraie demande à Nivelles."

© HDC

Une salle était envisagée pour les petits déjeuners des pensionnaires mais à l’heure du covid, la donne a un peu changé et ce n’est plus à l’ordre du jour, pour l’instant en tout cas.

Carlos Garralda, qui a une expérience dans le secteur du tourisme mais plutôt avec des location d’appartements, indique également que vu la situation sanitaire, il a également changé son fusil d’épaule en matière de fonctionnement de l’établissement. La gestion des réservation, des factures et autres est automatisée au maximum, avec des codes d’accès envoyés une fois les réservations confirmées.

© HDC